Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Les crises récentes en Turquie et en Argentine sont-elles les dernières d'une espèce en voie de disparition ?

Barry Eichengreen Professeur d'Économie, University of California, Berkeley


Cet article apporte de nouveaux éclaircissements sur les efforts des instances officielles pour mieux prévenir et résoudre les crises financières. Les progrès réalisés ont permis de faire de la scène internationale une place financière plus sûre. Les retombées internationales relativement limitées des crises en Turquie et en Argentine le démontrent clairement. La plus grande flexibilité des taux de change sur d'autres marchés émergents a apporté le bénéfice d'une marge d'ajustement supplémentaire. L'amélioration du contrôle et de la régulation, ainsi qu'un niveau d'endettement réduit du système financier international ont limité la détresse du secteur bancaire et affaibli le rôle du réseau des créanciers habituels à l'origine de la propagation des difficultés financières. Toutefois, il se pourrait simplement que les crises en Turquie et en Argentine aient été plus largement prévues et anticipées que la plupart des crises précédentes, permettant ainsi aux acteurs du marché financier de mieux se protéger.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+