Impact des nouvelles normes internationales sur les états financiers des banques

Christian Aubin Membre du Conseil national de la comptabilité ;
Directeur de la Comptabilité du Groupe BNP Paribas

Gérard Gil
Jean-François Gajewski


Les nouveaux principes comptables retenus par l'IASB concourent à introduire plus de volatilité dans le compte de résultat et les capitaux propres des banques. Le rapprochement du résultat et des variations de capitaux propres dans un même état accentuera ce phénomène et diminuera la lisibilité des performances des différentes activités de l'entreprise. Cette évolution n'améliore pas la comparabilité des comptes des banques entre elles ni la pertinence de l'information financière. Les principes privilégiés pour l'évaluation des instruments financiers sacrifient la stabilité des résultats et le principe de prudence au profit de la valeur instantanée sans améliorer les conditions d'élaboration des comptes ni leur fiabilité. Ils auront sans aucun doute une influence sur le rôle joué par les banques dans la transformation des taux d'intérêt en infléchissant leur gestion par une réduction des risques.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+