Le gouvernement d'entreprise à l'Est : vers un modèle de contrôle centre-européen ?

Wladimir Andreff Professeur à l’Université de Paris I, directeur honoraire du ROSES (CNRS), président de l’International Association of Sport Economists.


Les structures de gouvernement d'entreprise sont aujourd'hui très diverses en Europe de l'Est du fait de la variété des méthodes utilisées pour privatiser les entreprises d'État, des modalités de croissance du secteur privé et du maintien du secteur public. Parmi les nouvelles firmes privées tend à s'imposer un gouvernement d'entreprise fort, exercé par les propriétaires, tandis que parmi les firmes privatisées la dominante est un contrôle par les managers. Une décennie après le début des privatisations, on peut styliser les faits en quatre modèles types de gouvernement d'entreprise : contrôle externe étranger, contrôle banco-managérial, contrôle par une coalition d'outsiders-insiders, contrôle « salarial et start-ups ». Dans les toutes dernières années, des signes de convergence vers un modèle centre-européen de gouvernance apparaissent, combinant un contrôle externe étranger sur les grandes firmes avec un contrôle interne par un propriétaire unique sur de véritables PME privées.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+