Qui ont été les privilégiés de Cooke ? Perdants et gagnants de la réglementation des fonds propres

Joseph Bisignano


Après la mise en application de Bâle I en 1990, plusieurs pays ont enregistré une réduction des prêts bancaires et une faible croissance générale de l'économie. Plusieurs observateurs ont attribué ce déclin à la mise en application de l'Accord. Cet article propose un retour en arrière sur ce débat, dans le but de déterminer les « gagnants » et les « perdants » de cet Accord.
Deux questions fondamentales doivent être gardées à l'esprit. Tout d'abord, les restrictions sur l'endettement des banques via la réglementation des fonds propres entraînent-elles les banques à augmenter ou à réduire la prise de risque dans les portefeuilles ? D'autre part, quelle est l'interaction entre la réglementation des fonds propres pondérés en fonction des risques et la garantie des dépôts (et plus généralement le « filet de sécurité »). La réponse à ces deux questions permet d'évaluer l'efficacité de l'Accord de 1988 et ses conséquences en termes de répartition.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+