Bâle II et le capital-investissement

Héléne Ploix Présidente de l’AEF


Le capital-investissement n'est pas un enjeu pour les banques. Qu'est-ce que 5 ou 6 Md€ pour les banques françaises par rapport à leur encours de crédit ? Par contre, l'apport en fonds propres des banques au capital-investissement représente un enjeu fondamental pour les structures de capital-investissement.
Les préconisations de Bâle II risquent de réduire de façon substantielle l'allocation de fonds propres des banques au capital-investissement, et, par voie de conséquence, le financement des PME dont il est le principal pourvoyeur de capital.
Ceci est d'autant plus regrettable que ces préconisations sont fondées sur une méconnaissance de la réalité, à la fois du métier de capital-investissement, et du risque dans cette activité.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+