Les agences de rating et la réforme de Bâle : ni démiurges, ni insignifiantes

François Veverka Directeur général exécutif, Standard & Poor's Europe


L'implication explicite des agences de notation dans la détermination des exigences bancaires en matière de fonds propres est un facteur clé du dispositif du Comité de Bâle. Suite à une large consultation, la proposition initiale a été révisée et le rôle des agences de notation réduit au profit des systèmes de notation interne développés par les banques. Cependant, la référence aux agences de notation restera au cœur de la mise en œuvre des systèmes de rating interne. Analyser les relations entre la réforme en cours et l'activité de rating des agences nécessite de retracer brièvement la dialectique rating externe/rating interne à l'aune des débats sur le contenu et les fondements de la réforme. À travers ces différents aspects, on abordera la place et l'apport du rating externe dans la nouvelle réglementation telle qu'elle est actuellement envisagée, puis on évoquera quelques problèmes de fond qui font question quant à la mise en œuvre de la réforme.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+