Volatilité boursière excessive : irrationalité des comportements ou clivage des esprits ?

Christian Walter Actuaire agrégé, Institut des actuaires ; directeur, Chaire « téthique et finance », Faculté des sciences sociales et économiques (FASSE), Institut catholique de Paris (ICP).


L'hypothèse communément admise fait de l'irrationalité des comportements des opérateurs la cause de la volatilité élevée des marchés, opposant ainsi la «bonne» économie à la «mauvaise» bourse. On rappelle la source de cette vision du monde, et on décrit le dédoublement en profondeur qu'elle produit dans les domaines de la modélisation où elle se déploie. L'on montre ensuite que cette division intellectuelle repose sur une hypothèse de type probabiliste qui, si elle n'est pas vérifiée, ne l'autorise pas.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+