Finance comportementale et volatilité

Jean-Paul Pollin * Professeur émérite, Laboratoire d'économie d'Orléans. Contact : jean-paul.pollin@univ-orleans.fr.


Les explications avancées pour justifier la volatilité des marchés financiers ne remettent pas en cause l'hypothèse de rationalité et la formulation traditionnelle des choix en incertitude. Or, des expériences de psychologie cognitive ont montré que la volatilité pouvait résulter de déviances des comportements par rapport aux règles qui garantissent une formation efficiente des prix d'actifs.
Cette littérature rend compte d'anomalies sur les marchés financiers constituant des énigmes pour la théorie traditionnelle. Cet article s'attache à passer en revue ce que la finance comportementale peut apporter à la compréhension de la volatilité financière. Pour cela, une première partie recense les traits de comportement susceptibles de provoquer des mouvements erratiques des prix d'actifs. Puis l'auteur montre que l'arbitrage effectué par des agents rationnels n'est généralement pas capable de compenser l'instabilité induite par ces comportements "irrationnels" ou atypiques.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+