Le paradoxe des banques britanniques

Christine Lagoutte


Les grandes banques de dépôts britanniques se distinguent par leurs niveaux très élevés de rentabilité, notamment depuis la fin du ralentissement économique et de la crise de l'immobilier au Royaume-Uni en 1993. Le recours à une nouvelle interprétation théorique de l'intermédiation financière qui prend en compte, outre la dimension informationnelle des banques, leurs avantages compétitifs spécifiques en termes de gestion du risque et de réputation, permet d'éclairer les choix stratégiques retenus. Dans les différents cas, l'activité bancaire de détail occupe une place prédominante. Le choix opéré en faveur d'activités (bancassurance, crédit immobilier et gestion de portefeuille) permet de tirer parti de synergies, à l'origine d'une rentabilité accrue. L'analyse stratégique des six plus grandes banques tend à préciser les différentes logiques respectives (vocation globale, resserrement sur le marché domestique et européen) et à éclairer leurs positions concurrentielles sur le marché bancaire.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+