Allocation d'actifs, variation des primes de risque et benchmarks

Olivier Davanne Université Paris-Dauphine et Sciences Po. Contact : olivier.davanne@sciencespo.fr.
Thierry Pujol
Daniel Zajdenweber


Le processus dominant d'allocation d'actifs, fondé sur le triptyque allocation stratégique rigide, allocation tactique mobile et benchmarking des performances tactiques, a conduit la plupart des investisseurs à être surexposés aux actions, au pic du marché en 1999-2000. Cet accident n'est pas dû au hasard : ce processus dominant apparaît structurellement incapable de répondre aux besoins des investisseurs quand les marchés connaissent des cycles importants dans leurs valorisations relatives. Or, il est peu probable que ces cycles disparaissent. Une amélioration des processus d'allocation d'actifs apparaît ainsi nécessaire et elle suppose de savoir modifier l'allocation stratégique quand l'évolution des valorisations relatives le justifie. Différents « scénarios de sortie de crise » sont cependant possibles, selon notamment l'évolution des modes de délégation de gestion.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+