La situation concurrentielle des principaux secteurs bancaires européens entre 1993 et 2000 : quels enseignements pour la future structure des marchés financiers issue de l'UEM ?

Michel Boutillier EconomiX, université Paris Ouest Nanterre La Défense et CNRS.
Jimmy Gaudin
Stéphanie Grandperrin
Stéphane Lucchini
Luis Miotti


Ce travail évalue les conséquences de l'UEM sur la structure du système bancaire européen. Ainsi, il analyse le degré de concurrence existant entre les firmes constituant les quatre principaux secteurs bancaires européens continentaux (Allemagne, Espagne, France et Italie) entre 1993 et 2000, à l'aide du test de Panzar et Rosse (1987) et de l'indice de Lerner. Le premier test permet de rejeter l'hypothèse de concurrence monopolistique pour chacun des secteurs représentés sur la période. Dans le même temps, et malgré d'importantes différences entre les pays considérés, la seconde catégorie d'estimations ne montre globalement pas de croissance des marges bancaires. En conclusion, les estimations des deux instruments permettent d'observer le maintien d'une concurrence élevée sur les marchés bancaires européens sur la période étudiée.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+