L'euro et l'impulsion machiavélique

Manuel Conthe


Cet article jette un regard rétrospectif sur les débats qui ont précédé l'introduction de l'euro et met en lumière les différentes conceptions des relations entre monnaie unique et union politique qui se sont manifestées au cours de la période de gestation du projet de monnaie unique. D'abord, selon la « théorie du ferment », la monnaie unique constituait un pas décisif vers l'union politique. En revanche, la « théorie du parallélisme » considérait qu'instaurer la monnaie unique sans un degré suffisant d'union politique était mettre la charrue avant les bœufs et se terminerait sur un échec. Enfin, l'approche de « l'impulsion machiavélique » considérait que l'union monétaire était un moyen d'intégration économique et financière, à lui seul utile et de bon sens, mais dont la mise en œuvre demandait cependant une forte impulsion politique.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+