Quinze ans de restructuration bancaire dans la CEMAC : qu'avons-nous appris ?

Désiré Avom
Sylvie Marie-Louise Eyeffa Ekomo


Les pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) ont connu, à partir du début des années 1980, une grave crise économique. Les conséquences de celle-ci se sont traduites, sur le secteur bancaire, par une dégradation rapide et brutale du portefeuille des banques. En réponse à cette crise, les autorités monétaires, avec l'appui de la communauté financière internationale ont engagé une politique de restructuration bancaire. Cette politique avait pour objectif d'assurer un retour à la stabilité bancaire en améliorant les circuits de financement. L'objectif de cet article est de montrer, après avoir présenté les différentes réformes qui ont été mises en œuvre, que les restructurations bancaires, au lieu d'assurer le financement de l'économie, ont plutôt conduit à des paradoxes dont trois sont particulièrement développés. Il s'agit de : la surliquidité et le rationnement du crédit ; la concentration bancaire et le développement de la microfinance et enfin l'internationalisation bancaire sans développement des innovations financières.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+