Localisation industrielle et structure du capital international

Dominique Namur


L'architecture du système productif mondial est étudiée sous le double aspect de la répartition géographique de la production et de la structure de l'actionnariat international. Le premier s'intéresse au déclin industriel relatif des pays avancés, typiquement le G7, face à la montée des pays émergents. Le second aborde l'intégration financière à travers la structure des flux d'actions internationaux. Leur articulation repose sur le transfert des capacités productives, soit sous forme d'investissements directs, soit par un contrôle financier indirect des capacités étrangères. Globalement, les émergents qui augmentent leur capacité industrielle accueillent des investissements productifs étrangers, alors que les pays industrialisés qui la maintiennent acceptent, au moins, une interdépendance financière entre eux. Le succès du développement autocentré semble plus variable et transitoire.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+