Délocalisations et pressions des marchés financiers

Patrick Artus Chef économiste, Natixis, groupe BPCE ; professeur associé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Contact : patrick.artus@natixis.com.


Cet article distingue deux types de délocalisations : celles « justifiées » par les avantages comparatifs, les dotations en facteurs de production, la taille des marchés intérieurs et les niveaux de coûts, et celles « excessives » qui résultent d'une exigence de rentabilité excessive. En comparant les situations de plusieurs pays, il tente de vérifier l'existence d'un lien entre l'importance des délocalisations, au sens large, et l'évolution de la profitabilité (éventuellement excessive) des entreprises et, donc, la pression des marchés financiers.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+