Externalisation et surveillance

Gilles Vaysset Comité de rédaction, Revue d’économie financière.


Les activités bancaires sont progressivement soumises à une logique de production industrielle : compétitivité, efficacité, taille critique sont des éléments de stratégie qui concourent à un processus d'externalisation de certaines tâches. Cette politique ne doit cependant pas se faire au détriment de la maîtrise des risques par les banques, notamment des risques opérationnels, de conformité, voire de réputation. Aussi bien, les autorités financières sont elles conduites à adopter des dispositifs visant à encadrer la pratique de l'externalisation et les autorités de contrôle à s'assurer que les banques ont bien accompli toutes les diligences nécessaires à la maîtrise de ce processus. Ces exigences reposent sur quelques principes - par exemple : formalisation des contrats de sous-traitance, possibilité de contrôle chez le prestataire - et sont renforcées en fonction de la nature des opérations externalisées.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+