L'absence de prévisions macrofinancières : une situation calamiteuse heureusement en cours d'évolution

André Babeau * Professeur honoraire des Universités. Contact : andre.babeau@free.fr.


Dans tous les pays, les prévisions macroéconomiques disponibles ne concernent que les grandeurs « réelles » : production, revenu, consommation, investissement... Les grandeurs financières et patrimoniales - crédits, placements, patrimoines financier et non

Dans tous les pays, les prévisions macroéconomiques disponibles ne concernent que les grandeurs « réelles » : production, revenu, consommation, investissement... Les grandeurs financières et patrimoniales - crédits, placements, patrimoines financier et non financier - ne font l'objet d'aucune prévision. Cette insigne lacune est sans doute l'une des nombreuses causes de la « grande récession » dont nous tardons à sortir. Heureusement, cette situation est en train de changer : la BCE et plusieurs banques centrales nationales développent depuis quelques années des modèles de prévision de certaines grandeurs financières : encours de crédit aux ménages et aux entreprises, dépôts bancaires, émissions de valeurs mobilières, engagements des sociétés d'assurance, évolution des patrimoines financiers et non financiers... Il s'agit évidemment de travaux difficiles.
Une question pour les prochaines années : ces prévisions deviendront-elles des « biens publics » ou seront-elles réservées à l'usage des institutions qui les produisent ?

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+