Transformation des systèmes bancaires polonais, tchèque et hongrois : subsiste-t-il des fragilités systémiques ?

Thierry Apoteker


Une analyse micro et macroéconomique des secteurs bancaires en Pologne, République tchèque et Hongrie montre que les fragilités bancaires ne sont plus de nature à provoquer des crises systémiques de grande ampleur, grâce aux améliorations de structure, au renforcement prudentiel et à une moindre vulnérabilité aux chocs exogènes. Néanmoins, une comparaison entre les situations respectives des trois pays révèle des différences importantes : le système bancaire tchèque paraît plus fragile, avec des difficultés possibles en cas de fort ralentissement économique en Europe ; le système polonais est davantage à l'abri des chocs systémiques, malgré une vulnérabilité à l'évolution du taux de change du zloty; le système hongrois est fragilisé par les aspects concurrentiels et les effets de levier importants dans les entreprises, sans toutefois que ceci ne crée de risque systémique significatif.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+