Fonds souverains chinois : état des lieux

Yann Marin


Disposant des plus importantes réserves de change du monde, du fait de ses excédents commerciaux, la Chine a longtemps hésité à créer un fonds souverain et ce n'est qu'en septembre 2007 que la China Investment Corporation voit le jour. Dès son origine, l'institution financière génère des craintes en Occident sur sa puissance financière supposée et sur les interférences politiques possibles qui pourraient en faire une arme de guerre économique. Un an après, alors que la crise a transformé ses premiers investissements emblématiques en fardeau financier et en déficit d'image, le fonds souverain cherche surtout à se protéger des critiques qu'il subit dans son propre pays et a momentanément gelé ses opérations internationales. Par sa participation à la définition des principes de Santiago sous l'égide du FMI, il a démontré sa volonté d'ouverture mais le manque de transparence de ses structures de décision, de sa stratégie et des modalités opérationnelles de ses investissements continuent de le stigmatiser dans les classements internationaux consacrés aux fonds souverains.
Cet article détaille le processus de création du fonds souverain, son mode de gouvernance, les
investissements qu'il a réalisés et dresse un premier bilan de son fonctionnement.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+