La crise mondiale de la titrisation et la dynamique des fonds souverains

Justin O’Brien


Les principes et pratiques généralement acceptés pour les fonds souverains - les Principes de Santiago - ont pour objet de répondre aux contestations sur le rôle que jouent des pools d'actifs contrôlés par des gouvernements et de réduire les perceptions négatives de leur rôle dans l'opinion publique des pays d'accueil, en définissant des critères minimums de responsabilisation et de transparence. Cet article étudie la manière dont la nature changeante de la crise financière mondiale a affecté la dynamique du débat sur la réglementation. Il mesure les dimensions de la crise et évalue les risques associés à l'expansion de capital public. Il souligne que l'incapacité persistante à définir les règles régissant les investissements extérieurs complique sérieusement l'édification d'un nouvel ordre financier.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+