REF 142 août 2021
L’avenir de l’intermédiation financière
366 pages à partir de
24 €

L’intermédiation financière européenne et la monnaie sortiront profondément remodelées des transformations en cours, dont la crise de la Covid-19 constitue un facteur d’accélération.

En savoir plus...

REF 141 juillet 2021
La dette dans les pays émergents et en développement
336 pages à partir de
24 €

Si la crise sanitaire actuelle donne au sujet une acuité particulière, l'endettement des PVD est déjà un problème pendant depuis plusieurs années. Pour se développer les pays ont besoin de capitaux que l'épargne domestique peine à leur fournir. Ils recourent donc au financement externe, majoritairement sous forme de dettes. Or les années passées ont montré que cette dépendance aux capitaux des pays développés pouvait également être une source de risques significatifs.

Ce numéro aborde les différents aspects de cette problématique en dressant un état des lieux de l'endettement de ces pays, niveau et structure de cet endettement, contributions des pays développés. Une partie est aussi consacrée à la résolution des situations de non-soutenabilité.

En savoir plus...

REF 139-140 février 2021
L'économie, la finance et l'assurance après la Covid-19
317 pages à partir de
42 €

Ce numéro de la Revue d’Économie Financière est réalisé en collaboration avec la revue Risques et examine les réactions à la crise de la Covid-19. Il brosse un large panorama des conséquences pour les entreprises, pour le secteur bancaire et l’assurance ou la gestion d’actifs. Il examine aussi les conséquences en matière de politiques économiques et les bouleversements apportés par la crise à la compréhension de l’économie globale. Les conséquences géopolitiques et les enseignements de l’histoire des pandémies sont aussi abordées dans ce numéro exceptionnel réunit trente-huit contributions académiques, mais aussi des analyses réactions des opérateurs financiers bancaires, de gestion d’actifs et d’assurance.

  

En savoir plus...

REF 138 décembre 2020
Finance climatique
354 pages à partir de
24 €

Ce numéro de la Revue traite d'une branche de la finance en pleine expansion, la finance climatique. Sous la pression des évènements, la finance a en effet fortement et rapidement évolué ces dernières années, en intégrant la nécessité de tenir compte des conséquences climatiques des différents modes de financement. Ce numéro de la Revue propose un aperçu très complet des modifications à l'œuvre dans le secteur de la finance et de leurs évolutions récentes. Les principales interrogations et pratiques nouvelles sont passées en revue, de la mesure et du contrôle du risque à la pratique des banques centrales et des gestionnaires de portefeuille, en passant par la question des indicateurs et celle du comportement des entreprises et des investisseurs

En savoir plus...

REF 137 octobre 2020
40 ans de libéralisation financière
378 pages à partir de
24 €

Ce numéro de la Revue propose un bilan de la déréglementation financière, initiée aux Etats-Unis et au Royaume-Uni il y a environ quarante ans. Celle-ci fait alors tomber les nombreuses réglementations qui corsetaient le système financier et vise à accroître l'efficacité du système économique en proposant un modèle reposant plus largement sur le financement de marché. Deux parties du numéro sont consacrées aux différentes motivations et formes de ce mouvement dans les principales économies ainsi qu'aux modifications de comportements des différents agents économiques qu'il a entraînées. Une troisième partie traite des crises financières qui ont suivi et des nouvelles régulations mises en place. Enfin, une quatrième partie est consacrée aux impacts spécifiques de ces réformes sur les flux de capitaux internationaux.

En savoir plus...

REF 136 avril 2020
La finance méditerranéenne
452 pages à partir de
24 €

Les systèmes financiers des pays du sud et de l'est de la Méditerranée sont hétérogènes à l'image de leurs situations géopolitiques. Les économies de cette vaste zone sont très peu reliées entre elles, y compris dans des parties paraissant plus homogènes comme le Maghreb. Le numéro de la Revue traite et analyse cette grande diversité. Après avoir tiré le constat de l'hétérogénéité, il met en évidence une caractéristique commune des ces systèmes, la prédominance du financement bancaire et la grande faiblesse des autres modes de financement. Enfin, il dessine les contours des améliorations possibles parmi lesquelles l'inclusion bancaire est prioritaire.

En savoir plus...

Chronique d'histoire financière août 2021
Quel rôle pour le secteur financier dans la transition écologique ?

Revue d'économie financière 142

Les textes qui suivent rassemblent les interventions des participants à l'une des sessions de « L'économie aux rendez-vous de l'Histoire » de Blois, en octobre 2020. Elle portait sur le rôle du secteur financier dans la transition écologique. La richesse et la diversité de ces interventions nous ont fait penser qu'il pouvait être utile de leur assurer une plus large audience en les publiant. Le sujet en question fait l'objet depuis quelque temps de nombreuses réflexions qu'il est intéressant de mettre en perspective. Car pour faire face aux dérèglements environnementaux (climatiques principalement), provoqués par l'activité humaine, les propositions des économistes ont généralement privilégié la taxation des émissions de gaz à effet de serre (disons de CO2), pour corriger l'externalité qui est en cause. Ce qui suppose la d&

Lire la suite...

Chronique d'histoire financière août 2021
Mettre la finance au service de la transition écologique

Revue d'économie financière 142

Le soutien de la finance est essentiel au succès de la transition écologique car cette dernière aura besoin de mobiliser des financements considérables que les États ne pourront pas assurer seuls. Mais pour obtenir ce soutien et développer le rôle de la finance dans ce cadre, il faut créer un contexte qui en fasse davantage une opportunité partagée qu'une contrainte. Tout d'abord, investir dans la transition écologique n'est pas une démarche contre nature pour la finance, bien au contraire. La transition écologique consiste, d'un point de vue financier, à supporter des coûts immédiats pour un rendement financier à plus long terme. C'est une logique d'intermédiation naturelle au cœur des métiers de la finance. Ignorer la transition écologique serait même susceptible d'avoir des conséquences négatives pour les établisse

Lire la suite...

Chronique d'histoire financière août 2021
Les produits de financements verts et durables

Revue d'économie financière 142

Les causes du développement des financementsverts et durables sont multiples Les financements verts et durables se développent rapidement pour de multiples raisons. Les besoins de financement sont très élevés (il faudra en Europe investir 1,2 point de PIB par an dans la transition énergétique pour que les engagements climatiques européens puissent être vérifiés). Les épargnants et les emprunteurs privilégient les produits durables (avec un score ESG élevé). La réglementation impose aux investisseurs et aux entreprises de publier des indicateurs de soutenabilité. Les produits financiers « verts » se sont normalisés. Les entreprises utilisent les objectifs de soutenabilité pour modifier les objectifs des managers. On voit une pression croissante des investisseurs et des épargnants pour ces produits verts et durables.

Lire la suite...

Chronique d'histoire financière août 2021
L'alignement des portefeuilles d'actifs financiers sur les objectifs de l'Accord de Paris

Revue d'économie financière 142

Rappelons que trois objectifs de long terme figurent dans l'Accord de Paris, entré en vigueur en novembre 2016 et ratifié par 183 pays aujourd'hui : atténuation : il s'agit de limiter à 2 oC (voire atteindre 1,5 oC) l'augmentation moyenne de la température à la surface du globe en 2100 par rapport à la température en 1850 (soit l'époque pré-industrielle) ; adaptation : les ressources alimentaires et la biodiversité doivent être protégées des aléas et des chocs issus de ces transformations ; la sphère financière doit se mettre au service de cette transformation en alignant ses flux financiers sur les objectifs de l'Accord. En termes d'enjeux, notons que la gestion d'actifs par la taille de ses encours, qui avoisinent en France les 3 800 Md€, soit 1,5 fois le PIB en 2018, représente u

Lire la suite...

Chronique d'histoire financière août 2021
Cygnes Verts, Covid-19 et financement d'une transition expansionniste

Revue d'économie financière 142

On a longtemps supposé que l'utilisation des ressources naturelles par l'espèce humaine pouvait se faire à coût zéro, que l'air, l'eau, la consommation sans restrictions du « capital nature » n'avaient pas de conséquences et que la technologie permettrait à la fois de maîtriser la nature tout en utilisant ses ressources à l'infini pour notre croissance. Depuis quelques années, les avertissements répétés des climatologues ont changé la donne dans la bataille des idées. Il y a maintenant une conscience sociale plus développée de la nécessité d'agir immédiatement pour endiguer le changement climatique. Pour beaucoup à présent, la façon dont nous produisons et consommons n'est pas soutenable, et il faut penser à des solutions de transition vers une économie moins risquée pour tous et don

Lire la suite...

Chronique d'histoire financière juillet 2021
Les chocs d'incertitude peuvent-ils contribuer à expliquer la Grande Dépression aux États-Unis ? Une approche par la décomposition historique

Revue d'économie financière 141

Que les années 1930 aient été une période d'incertitude ne fait aucun doute. De nombreuses explications à la Grande Dépression des années 1930 ont été avancées, mais en dépit des multiples études consacrées au sujet, beaucoup de questions restent en suspens. Le consensus s'est largement établi autour d'une vision axée sur des ratés monétaires et des faillites bancaires. La Federal Reserve (Fed) a durci sa politique à la fin des années 1920, afin de faire éclater la bulle boursière qui s'était développée avant d'échouer à prévenir les vagues de faillites bancaires qui ont aggravé le déclin économique. La reprise a commencé lorsque le dollar américain a été dévalué par rapport à l'or en 1933 et que la politique monétaire est d

Lire la suite...

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+